samedi 29 octobre 2016

ROUEN. Les bénévolats de solidarité et du souci de l'autre à travers le monde, thème de la conférence de l'association Dialogue Amical.



L'accompagnement humaniste.


Aujourd'hui, l'esprit des soins palliatifs a trouvé de très nombreuses applications. Ses valeurs dominantes sont l'attention à l'autre, à sa souffrance et à la personne dans toute sa dignité. Il repose sur une qualité relationnelle fondée sur le "souci de l'autre", c'est-à-dire l'éthique. Elle se traduit concrètement par la qualité de présence à l'autre, générant un sentiment de confiance et de respect des secrets de chacun, constitutif de la dignité humaine. "Nous allons tous vieillir. Et nous aurons tous besoin de la dimension sociale et altruiste de nos entourages afin de nous accompagner dans cette étape". Lucie Hacpille, cancérologue pneumologue, présidente de l'association Dialogue Amical résume ainsi ce pourquoi elle s'est engagée il y a de nombreuses années aux côtés de bénévoles désirant renforcer "le lien entre la ville et l'hôpital".  Dialogue Amical est née à la suite de l'ARSPA (Association pour l’Aide et la Recherche en Soins Palliatifs et Accompagnement). "Cette structure est une réponse aux demandes des malades, des familles et des soignants dans le but de développer l’accompagnement par des bénévoles, pendant les phases difficiles induites par la maladie" souligne le docteur Hacpille. Forte de sa trentaine d'adhérents, l'association développe des relations humaines dans toutes les saisons de la vie, y compris en fin de vie et s’inscrit donc dans les réflexions éthiques de notre société moderne. Chaque bénévole donne de son temps selon ses disponibilités et ses contraintes personnelles et professionnelles. En outre, Dialogue Amical est aujourd'hui engagée, via des conventions, avec le service des urgences adultes du professeur Luc-Marie Joly et la direction des droits des patients ainsi qu'avec le site d'Oissel. "Depuis 2012, nous travaillons sur un projet innovant visant à réduire les incivilités, les plaintes, les angoisses ou le stress qui peuvent survenir chez les patients et leur entourage dans le cas d'une hospitalisation impromptue". Mais savoir écouter voire comprendre ne s'improvise pas. C'est pourquoi l'un des principaux crédos de Dialogue Amical est axé sur la formation de ses bénévoles. "Nous organisons des formations pour nos bénévoles accompagnants, en formation initiale comme en formation continue, la plupart étant ouvertes au public. Nous proposons aussi aux associations ou entreprises qui interviennent dans le domaine de l’accompagnement des malades et de leurs familles, l’organisation de conférences et de formations pour répondre à leurs problématiques". Une fois par an, l'association invite une sommité médicale à venir débattre. C'est le professeur David Olivière, universitaire et conférencier, responsable pédagogique au Saint-Christopher's Hospice de Londres, parrain pédagogique de Dialogue Amical, qui viendra animer le rendez-vous de cette année, ouvert à tous, sur le thème "Les bénévolats de solidarité et du souci de l'autre à travers le monde". Jeudi 3 novembre 2016 – 19 h 30 – 22 h 00 – Halle aux toiles - Rouen.

LE PETIT-QUEVILLY. Nathalie Petit, propriétaire du Bar du Centre, se sent bien dans sa ville et veut tout faire pour l'agrément de sa clientèle.



Des clients chouchoutés.


Devanture refaite à neuf, intérieur soigné, climatisation, plage d'ouverture élargie, fleurs sur les tables… Nathalie Petit, arrivée à Petit-Quevilly depuis 7 ans ne se lasse pas de transformer son commerce à destination de sa clientèle. "Les gens me sont fidèles, il est logique de leur apporter ce qu'ils viennent chercher dans mon établissement!". Naguère grande vitrine de l'épopée USQ en coupe de France de football, le bar-tabac accueille encore les férus des jaunes et noirs même si le lieu des matchs a changé. Café du matin, pause sandwich le midi ou jeux hippiques l'après-midi et apéro le soir, chacun y trouve son petit bonheur. "Nous avons beaucoup d'habitués" confie Nathalie, "ce sont des gens qui se sentent bien ici. C'est vivant avec le centre commercial, le métro, la bibliothèque. Moi aussi je m'y plais bien. Les habitants m'ont adoptée, c'est réciproque". Et pour peaufiner ce "vivre ensemble", Nathalie rajoute quelques cordes à son arc. "Pendant le Ramadan, j'ai testé de rester ouverte tard le soir. Ca a plu. Je poursuis donc dans ce sens. De 6 h à 22 h jusqu'au vendredi et de 7 h à 21 h le samedi. Retransmission en direct des matchs de foot d'importance et, à terme, entourage de la terrasse…". Mais, à échéance plus proche, Nathalie étudie l'impact de l'arrivée du paquet de cigarettes "générique". "En effet, c'est le 1er novembre prochain que doit entrer en vigueur le paquet de cigarettes dit "neutre", sur lequel toute indication de marque sera invisible. Je redoutais l'organisation d'un nouveau dispositif afin de ne pas faire attendre la clientèle tandis que je serais le dos tournée pour trouver la marque demandée parmi des dizaines de références....". Elle s'oriente vraisemblablement vers l'acquisition soit d'un meuble électronique qui, à l'aide d'un clic sur un écran posé près de la caisse, de choisir grâce à de mini-photos, la marque et le type de cigarettes souhaitées, soit d'un système de LED qui identifie le choix du client. "Quoi qu'il en soit, nous serons prêts lorsque les premiers paquets nous seront livrés. La clientèle peut être rassurée". 

ROUEN. Huguette, Une nouvelle petite adresse Rouennaise où mettre les pieds sans modération.



Une histoire de famille.


"J'ai toujours su que, si un jour je menais un projet de création ce serait avec Quentin et personne d'autre!". Gwendoline Thorel, 27 ans, s'est tenue à cette idée. Avec Quentin, son frère de 22 ans, elle vient d'ouvrir une nouvelle adresse où il fait bon venir déguster petits gâteaux fins, gourmands et viennoiseries croustillantes. Forte d'une licence en management hôtellerie restauration, Gwendoline a mûrement pensé son installation. Quentin, pris lui-aussi de passion pour cette aventure, a orienté ses études en ce sens. "Bac, Fac de droit, Institut national de la boulangerie pâtisserie (INPB)… J'ai mis tous les atouts de mon côté". Leur projet, ils l'ont mené seuls de bout en bout. Etude de marché, relations avec les banques, lancement des travaux… "C'est l'aboutissement du désir de remettre au goût du jour des recettes anciennes, celles de nos grand-mères, de ces gâteaux qui, dans nos mémoires, flattent encore notre odorat, nos papilles…". Dans un bel écrin refait à neuf, alliant le moderne et l'ambiance XVIIIe siècle, l'on pourra venir déguster tartes salées, veloutés, croque-monsieur, tartes aux pommes d'antan et la fameuse "Chocorange", l'une des spécialités de Quentin. Installé devant le "mange-debout" à l'intérieur ou sur l'une des tables de la terrasse chauffée avec plaid douillets à disposition, le client de passage ou l'habitué rencontrera un plaisir gustatif pour un déjeuner entre 7 et 12 Euros. Avec en prime, le plaisir du quartier piétonnier du Gros-Horloge. "Huguette – Maison Thorel" – 3, rue Massacre – Place Laboubée – Rouen – 02.35.36.66.02.

ROUEN. Le centre d'oncologie Frédéric Joliot s'équipe d'un accélérateur de particules destiné au traitement anticancéreux par radiothérapie.



Le mal en ligne de mire.


Ambiance déco paisible (sol effet parquet), couleurs douces sur les murs et panneaux lumineux au plafond, la pièce est claire et spacieuse, loin des austères salles de traitement que d'aucuns peuvent avoir fréquentées. Au centre, telle un "transformer" tout droit sorti d'un film de science-fiction, la "bête" est là! Le Truebeam, une machine à la précision submillimétrique destinée à détruire les cellules cancéreuses d'un patient en utilisant un faisceau de rayons X ou des électrons lors de séances de radiothérapie.  "Cet investissement de plus de 2 millions d’euros permet un traitement plus précis des lésions cancéreuses" explique Stéphanie Mollet, cadre de santé au sein de l'équipe des manipulateurs en charge du maniement de cet accélérateur de particules nouvellement installé au Centre Frédéric Joliot, (clinique Saint-Hilaire)  l'un des établissements privés les plus importants de Normandie où les docteurs Philippe Gomez, Harizo Randria, Abderraouf Radji, Sandrine Mezzani et leurs équipes, traitent environ 1200 malades par an. "Cet appareil est ce qui se fait de mieux à l'heure actuelle en matière de traitement par radiothérapie. Depuis que ce procédé dit "de rayons" existe, l'objectif des professionnels de santé a été de pouvoir traiter les zones cancéreuses sans altérer celles, saines, qui, néanmoins, étaient touchées par les faisceaux. Cette précision "chirurgicale" permet en outre de réduire la durée des séances ainsi que les effets secondaires du traitement qui, dorénavant ne concerneront plus que les zones ciblées". Parallèlement au volet médical, tout a été fait dans ce nouvel endroit pour accueillir le patient dans les meilleures conditions. Chantal, une ex patiente qui a profité de ce dispositif et qui était présente lors de l'inauguration officielle du Truebeam témoigne de son expérience. "C'est évidemment un lieu où l'on préfèrerait ne pas avoir à venir mais quand on y est… Alors la décoration, la sensation d'espace, de respirer est importante. Pour y être venue quotidiennement pendant plusieurs semaines, je peux affirmer que je ne m'y suis jamais sentie stressée ou inquiète. De la lumière, de la musique, un peu comme "chez soi"… Et des techniciens toujours à l'écoute! Même si tout cela ne soigne pas directement, je peux dire que cela participe de la bonne santé mentale menant vers la rémission".

ELBEUF. L'association Amicalement Vôtre va combler un besoin flagrant au cœur de la commune en accentuant le lien social et la passerelle pour l'insertion.



Une entrée, un plat, un dessert pour 4 Euros.


L'aventure humaine se poursuit pour l'association "Amicalement Vôtre", crée en 2012  par Josiane Troley, sa présidente. Dès 2013, l'initiative "Seconde Vie" naissait avec pour objectifs la contribution au recyclage des objets valorisables, l'ouverture d'une plateforme d'insertion sociale et professionnelle pour un public présentant des difficultés ou handicaps. 2016 sera l'avènement d'un projet, répondant à une grande demande sur le territoire elbeuvien. Un restaurant, "l'Arc en ciel" et une épicerie solidaires. "Nous y sommes presque" confie Josiane Trolley. "Dans notre local de 330 de la rue Henry, nous aménageons un restaurant de 60 places où, pour 4 Euros, il sera possible de se restaurer avec une entrée, un plat, un dessert. Sur l'arrière du bâtiment nous implantons une épicerie, attendue depuis 10 ans sur la commune. Elle sera destinée au public le plus fragile, orienté par les travailleurs sociaux". Petit plus, des animations partagées seront organisées sur le thème du "vivre ensemble", traitant de l'économie, de la diététique, de la cuisine … Pourtant, ce projet a failli ne pas voir le jour. En cause ? "Nous louons ce local à la SCJO Jessy Guezouly qui a omis de nous dire que, inoccupé depuis 8 ans, celui-ci n'était plus aux normes, loin s'en faut et que d'important travaux devaient être engagés!" regrette Josiane. "Et tout cela à nos frais bien entendu… Aujourd'hui, ce sont plus de 10 000 euros qui ont été engagés. Fort heureusement que nous avons pu compter sur les bénévoles qui se sont investis, à des partenaires qui nous soutiennent via leur fondation comme la SNCF, VINCI, EIFFAGE, SIMPLY MARKET, la Région et la banque alimentaire du Houlme". Pour autant, l'association a encore besoin de quelques matériels. Electriques (disjoncteurs 380, tableau, prises, luminaires, radiateurs) ou mobilier (tables, étagères, plan de travail inox …). "Nous ferons tout pour pouvoir être opérationnels en décembre" soutient Josiane, "mais si l'on peut nous aider… ce serait encore mieux". Contact : Josiane Troley au 06.22.63.25.15.