vendredi 1 septembre 2017

LE PETIT-QUEVILLY. En marge du souvenir de la libération de la ville, un hommage est rendu aux combattants de l'ombre du Maquis de Barneville.




Le sacrifice d'une jeunesse pour la liberté.


Chaque année, la municipalité organise une manifestation, à Barneville sur Seine, pour rendre hommage à ses combattants qui, il y a 74 ans, ont donné leur vie en s'opposant à l'occupant nazi. Rue du Maquis-de-Barneville, rue Maurice-Mailleau, rue des Frères-Séhy… Autant de voies et rues du Petit-Quevilly qui arborent le nom de ces héros de l'ombre. En 1943, Maurice Mailleau, les frères Jean et André Séhy ont 20 et 25 ans. Ils sont résistants. Avec douze autres jeunes, ils s'isolent dans une marnière, située à 3 km de Bourg-Achard, dans l'Eure, pour former le maquis de Barneville. De mai à août 1943 Actif de mai à août 1943, ce groupe de résistants s'arme, renverse des pylônes électriques sur les voies de chemins de fer, fait dérailler des trains et agit sur toute la rive gauche. Le 24 août 1943, 200 soldats allemands et 100 miliciens français donnent l'assaut de la grotte. Deux résistants sont tués et les autres sont faits prisonniers par la Gestapo rouennaise. Le 8 novembre 1943, Maurice Mailleau, les frères Séhy, Robert Legros, Roger Dumont, Marcel Lechevalier sont fusillés, leurs compagnons déportés à Buchenwald. Christian Senard et Albert Leroy arriveront à s'évader. Le programme de ces cérémonies qui se dérouleront samedi 2 septembre se déroulera de la façon suivante : 11 h, commémoration au cimetière communal du Petit-Quevilly – 11 h 30, réception à l'hôtel de ville – 14 h 30, hommage aux résistants devant la stèle du Maquis de Barneville (route D91 à 3 km au Nord-Est de Bourg-Achard direction Duclair). Avec la participation des associations d'anciens combattants (ANACR, ACPG-CATM, FNACA, FNDIRP).

GRAND-QUEVILLY. Le père Thierry Quelquejay, nouveau curé de la paroisse Saint-Paul de Quevilly Couronne prendra ses fonctions ce dimanche en l’église Sainte-Lucie.


                                                                                                       



Un nouveau berger pour la paroisse.


Pour les catholiques pratiquant et pour les autres, l'arrivée d'un nouveau prêtre est toujours un petit évènement. "Les habitudes vont-elles être bousculées ? Quelle va être sa politique ?". Qu'ils se rassurent! A l'instar de la politique, le monde de la religion semble vouloir jouer la carte du Renouveau, de l'espoir et de l'optimisme. L'abbé Thierry Quelquejay ne dépareille pas dans ce paysage moderne, désirant aller à la rencontre des autres, leur apporter ce renouveau charismatique prôné au sein de la communauté de l'Emmanuel dont il est issu. Et pourtant! Diplômé de l’école d’ingénieur des Hautes Etudes Industrielles (HEI), avec une spécialisation en informatique industrielle, il est coopérant au Cameroun, comme enseignant dans un collège de mission. Il travaille ensuite pour un groupe alimentaire international, 5 ans en usine à assurer différentes fonctions d’encadrement, puis deux ans au siège au contrôle de gestion comme responsable des investissements et des études économiques… Sa vie aurait pu se dérouler dans le "monde classique"! En 1992, il "reçoit l'appel au sacerdoce" au cours d'un pèlerinage en Terre sainte et depuis… Il reçoit sa formation à l’Institut d’Etudes Théologiques de Bruxelles, est ordonné en 2000 comme prêtre du diocèse de Rouen, membre de la communauté de l’Emmanuel. Il est nommé en 2001 solidairement curé sur la paroisse Saint-Filleul de Rouen. En 2003 il part à Rome comme directeur et aumônier de l’école de mission de la Communauté de l’Emmanuel. En 2006, il est à nouveau nommé solidairement curé de la paroisse Saint-Filleul puis en 2009 part à Namur, pour diriger la maison Saint-Joseph de la Communauté de l’Emmanuel. En juin dernier, avec l’accord du Modérateur international de la Communauté de l’Emmanuel, Mgr Dominique Lebrun le nomme curé de la paroisse Saint-Paul de Quevilly – Couronne. Il officiera solidairement avec l’abbé Francis Manoukian, prêtre de la Communauté de l’Emmanuel, nommé vicaire de la paroisse. Ce dimanche 3 septembre à 10 h 30, il entrera officiellement en fonction en l’église Sainte-Lucie au cours d'une messe célébrée par l’abbé Alexandre Joly, vicaire général. Le père Thierry recevra également le mercredi 6/09, à sainte Lucie à 15 h, le jeudi 7/09, à sainte Lucie à 20 h 30, le samedi 23/09 à Saint-Aubin à Petit Couronne à 14 h. Contact : Père Thierry Quelquejay 06.51.56.58.48.

GRAND-QUEVILLY. Le maire a souhaité la bienvenue aux enseignants qui, à la rentrée prochaine, prennent la direction de trois écoles.




De nouvelles têtes à la direction des écoles.


C'est la rentrée scolaire pour les enfants qui, pour les uns, changent de classe et, parfois, d'école. Cela peut-être également l'occasion pour certains enseignants, évolution de carrière oblige, d'embrasser de nouveaux postes, entraînant de nouvelles habitudes pédagogique et managériales. Afin de les placer dans les meilleures conditions, le maire Marc Massion, accompagné de son adjoint en charge de l'éducation Roland Marut, ont accueilli en mairie trois enseignants qui, dès lundi prendront la direction de 3 écoles communales. Emilie Kohller, 35 ans, titulaire d'un Master petite enfance et professeure des écoles à Pasteur depuis plusieurs années est de ceux-là et prendra dorénavant les rênes de l'école Charles Perrault. "J'ai toujours travaillé en bonne cohérence avec la municipalité, je ne doute pas que cela continuera" prédit-elle. A 45 ans, Séverine Duhamel, professeure des écoles depuis 1997 et officiant à l'école Maryse Bastié depuis 2003, découvrira quant à elle le bureau dévolu à la directrice de l'établissement. "C'est une belle école et je suis sûre que je pourrais continuer à y effectuer du bon travail" espère-telle. Seul "horsain" si l'on peut dire de cette palette de nouveaux nommés, Arnauld Fouquet qui, en provenance de Moulineaux, prendra les commandes de l'école Pasteur en remplacement de l'emblématique directrice Laurence Wauters, partie en retraite à la fin de l'année scolaire écoulée. Ce titulaire d'un DEA en sciences de l'éducation, âgé de 54 ans, aura en charge une classe de maternelle et compte bien "apporter son expérience pédagogique au service des enfants".

LE PETIT-QUEVILLY. Sandrine et Sophie vont participer, en décembre, au raid des Amazones.




Des sportives au grand cœur.


Elles ont fait connaissance sur le bord d'un terrain de rugby alors qu'elles supportaient des amis sportifs communs. Le courant est passé entre ces deux jeunes femmes, adeptes de sports et de défis. Depuis, Sophie, l'infirmière pédiatrique et Sandrine, la professeure des écoles, ne semblent plus pouvoir se quitter! "A deux, on est plus fortes et on va plus loin" répètent-elles comme leitmotiv. Leur palette sportive est époustouflante. Sandrine pratique le rugby depuis 17 ans, la course à pied depuis 2016, 10 km, semi-marathon, trail, crossfit… "Je suis un peu une touche à tout" plaisante-t-elle. Sophie, elle, est une grande bavarde et ses connaissances la qualifient souvent d'hyperactive. "J'ai commencé le sport toute petite. Est-ce que mes parents auraient cru qu'en me mettant à la baby gym, j'allais finir par ne plus me passer de sport ? La natation, l'équitation, l'aérobic et maintenant le running. Ce que j'aime : c'est me surpasser et me lancer de nouveaux défis. Les derniers en dates : les 10 km de Dubaï, le semi-marathon de San Francisco...". Alors, quand Sandrine propose à sa copine de participer au prochain raid des Amazones, la réponse ne pouvait être que positive. "C'est un nouveau défi que nous nous lançons. Pour nous dépasser et consolider encore plus notre amitié, pour enrichir nos connaissances, pour voyager à travers le sport, valoriser la pratique sportive des femmes mais également pour véhiculer l’image de l'association "Laurette Fugain lutte contre la leucémie" que nous avons choisi de mettre en avant. Créé en 2001, le Raid des amazones est le seul raid d’aventure 100% féminin parcourant le monde entier. Les deux jeunes femmes s'élanceront sur les pistes du Cambodge du 1er au 11 Décembre prochain avec une seule idée en tête : "véhiculer les valeurs et l’image de l’association Laurette Fugain, dont nous sommes les ambassadrices". Une collecte de fonds est organisée à cet effet qui seront reversés en partie à l'association". Le soutien des particuliers ou des sponsors, institutionnels et privés seront, de toute évidence, les bienvenus! Pour contacter ces deux sportives : slarive@sfr.fr ou sophie.cabanes12@gmail.com

GRAND-QUEVILLY. Niché au cœur de la forêt du Chêne à Leu, l'un des plus impressionnants chantiers de l'agglomération bat son plein.




Un outil prestigieux pour le club de football.


Pour s'entraîner, les joueurs  de foot du PSG, de Marseille, de Monaco ou de l'équipe de France ont le Camp des Loges, la Commanderie, la Turbie ou Clairefontaine, des complexes souvent en retrait de toute agitation, propices au calme et à la concentration. Le Football Club de Grand-Quevilly disposera prochainement, toutes proportions gardées, d'installations qui sont, actuellement, en cours de réalisation. Et pour qui connaît le site du Chêne à Leu situé derrière le Zénith de la Métropole, un petit coup d'œil aux transformations en cours laisse présager du futur résultat. On accède au  ballet des engins de terrassement après un cheminement ombragé par les pins, en bordure de cette forêt de 36 hectares. Aménagé pour la première fois en 1971, le lieu, ainsi que le souligne le maire Marc Massion, "souffrait un peu de l'usure du temps, occasionnant des difficultés pour les sportifs à pratiquer leur sport dans de bonnes conditions". Alors, aux grands maux, les grands remèdes! Dès cette année, la première des deux phases de transformation est engagée. Elle concerne la rénovation (en profondeur) du terrain d'honneur qui recevra un revêtement en gazon naturel avec substrat renforcé ainsi qu'un nouvel éclairage. Les 2 terrains en gazon et en stabilisé laisseront place à un terrain d'entraînement revêtu de gazon synthétique dernière génération alors que le petit terrain d'entraînement actuel se transformera en terrain synthétique de 60 m x 40 m destiné, entre autres choses, au foot à 8. S'il est une personne qui ne se lasse pas d'observer ces transformations qui s'opèrent au quotidien, c'est bien Paul Héllouin, le président du club. "C'est un très beau projet qui, de jour en jour laisse entrevoir ce que sera le site une fois les travaux achevés. La municipalité est à féliciter pour cet investissement et pour la manière dont elle l'a initiée. Nous avons en effet été concertés pour formuler nos désirs et, dans leur majorité, ils ont été suivis". Mais ce n'est pas terminé ! Alors que les "footeux" devraient prendre possession de leur nouvel outil vers le mois d'octobre 2017, 2018 verra la construction de huit vestiaires, d'une tribune de 300 places et la reprise des voiries d'accès après la réalisation d'un parking. Près de 4 millions d'Euros (hors subventions) sont dédiés à ces aménagements. Alors, à quand le FC Grand-Quevilly en Ligue 1 ?

LE PETIT-QUEVILLY. En charge de l'entretien et de l'aménagement des écoles, la municipalité a profité des vacances pour engager des chantiers importants.




Des écoles prêtes pour la rentrée.


Le 4 septembre prochain, près de 2500 écoliers de maternelle et de primaire feront leur rentrée à Petit-Quevilly. C'est une étape importante pour ces enfants que la Ville accompagne toute l’année en veillant à la qualité de la restauration scolaire, à l’aménagement et à l’entretien des écoles. Comme chaque année, la Ville a profité des vacances pour entretenir les locaux. Cet été, des travaux de peinture dans 4 établissements ont été réalisés. Une classe à Desnos, 2 classes à Chevreul, l’escalier intérieur et 3 classes à Méret et des couloirs à Wallon primaire ont bénéficié d’un nouveau revêtement. L’école maternelle Jean-Jaurès profite de travaux de restructuration et d’extension de ses locaux. Le nouveau réfectoire de 157 m2 ouvrira ses portes au  1er trimestre, dans la cour, du côté du boulevard Charles De Gaulle. Puis, l’office existant sera démoli pour construire une extension de 220 m2 accueillant les nouveaux dortoirs, une salle de classe et une salle d’activités. Cette seconde étape verra également la restructuration du réfectoire et du dortoir actuel en 3 salles de classes, un préau sera installé dès l’entrée, reliant le nouveau réfectoire à une partie du bâtiment existant. Enfin, c’est la cour qui sera réaménagée pour être plus ludique, plus colorée, mieux organisée. Deux écoles ont bénéficié de travaux de rénovation de leur cours. Après Joliot-Curie et Wallon primaire en 2016, c’est au tour des établissements Méret et  Picasso. Dans le premier, plus d’un tiers de la surface est engazonnée, 4 tables de pique-nique, en plastique recyclé imitation bois, sont installées sur l’espace vert et les tilleuls existants. Un théâtre de plein air d’une soixantaine de places est également intégré ainsi que 2 tables de tennis de table. Une aire de jeux à structure métallique, avec toboggan et pont de singe sur sol souple coloré, est également installée près de la nouvelle surface engazonnée. Un terrain multisports complète le  réaménagement de la cour. Pour l’école Picasso, le talus existant bénéficie d’une surface engazonnée supplémentaire et d’une nouvelle clôture. Un théâtre de plein air en granit d’une soixantaine de places est intégré. Une aire de jeux est  également en place. Un terrain multisports et 3 bancs complètent l’ensemble. En cette rentrée, il y aura une classe supplémentaire à l’école Henri-Wallon, une classe élémentaire et une classe ULIS à l’école Gabrielle-Méret, une classe maternelle à l’école Gérard-Philipe. Une classe élémentaire ferme à l’école Chevreul-Gay. Deux emplois supplémentaires au titre du dispositif "Plus de maître que de classes" sont créés dans les écoles Picasso et Joliot-Curie et un emploi du même type déjà existant est confirmé à l’école Henri-Wallon.

GRAND-QUEVILLY. Alors que les vacances battent leur plein, la municipalité en profite pour assurer l'entretien, la rénovation et la modernisation de ses équipements.




La saison des chantiers.


En août, les uns goûtent encore aux rayons du soleil quand il y en a, d'autres pensent déjà aux prochaines vacances… Loin de ces états d'âme, la municipalité profite de ce temps mort pour concrétiser les projets qu'elle a envisagés dans ses plans pluriannuels d'investissements. Et cet été aura été riche de chantier en tout genre. Lionel Rosay, adjoint en charge de l'urbanisme et des travaux, présente, à la volée, le détail des travaux en cours. "Comme tous les ans, nous consacrons une enveloppe à l'entretien, la rénovation et la modernisation des équipements municipaux. Cette année, l'effort se porte sur la sécurisation dans certaines écoles et celle de musique avec la pose de volets roulants aux fenêtres et de clôtures, installation de vidéo protection (toutes les écoles en seront désormais équipées),  changement de toiture sur l'école Salengro, remise en peinture de toute l'école Jean Moulin maternelle, des douches du dojo et partielle à la crèche, changement du sol au gymnase Bartlet qui accueille le tennis de table…". Loin d'être exhaustive, cette liste à la Prévert ne saura être complète si l'on ne citait pas la reconstruction complète de la cours de récréation de l'école Cavaillès, fruit d'un travail de concertation entre municipalité, élèves, parents d'élèves et enseignants. A cela s'ajoute le renouvellement total du parc informatique dans les écoles élémentaires (210 postes pour 300 000 Euros). Les enfants et leurs parents peuvent bronzer tranquille, tout sera prêt pour la rentrée !

LE PETIT-QUEVILLY. En marge du souvenir de la libération de la ville, un hommage est rendu aux combattants de l'ombre du Maquis de Barneville.

Le sacrifice d'une jeunesse pour la liberté. Chaque année, la municipalité organise une manifestation, à Barneville sur Sein...