mardi 10 janvier 2017

GRAND-QUEVILLY. L'Espace jeunesse et le point information jeunesse organisent la première rencontre annuelle sur la parentalité.



Parents d'aujourd'hui.


Ce n'est pas du jour au lendemain que la municipalité a décidé de consacrer un temps à la parentalité de nos jours. Depuis plusieurs mois, élus, services et professionnels ont dressé des constats, analysé les nouvelles donnes des relations parents enfants. "Les langages évoluent, les besoins d'échanges apparaissent, une redéclinaison du bien-être se fait jour…" constate Christine Dunet, conseillère municipale déléguée à la prévention santé. "Etre parent, c'est parfois être confronté à des questions et des situations auxquelles certains ne sont pas préparés". Afin de tenter de répondre aux attentes, la Ville, et plus précisément  l'Espace jeunesse et le Point informations jeunesse, organise sa première rencontre autour des relations entre les parents et les ados. "Les ados et les réseaux sociaux, les nouvelles familles et la réussite éducative sont au coeur de cette rencontre basée sur la réflexion commune et de la discussion proposée aux parents quevillais" confie Corinne Maillet, adjointe en charge de la jeunesse, "et nous espérons que, pour cette première, chacun pourra trouver réponses à ses questions". Deux spécialistes de l'éducation et un pédopsychiatre seront présents pour expliquer et dialoguer avec les parents lors de cette rencontre à l'Espace jeunesse. "Christian Festa, pédopsychiatre, abordera le sujet des familles monoparentales et de la place des beaux-parents" explique Jihane Poulingue, responsable de l'Espace Jeunesse, "tandis que Bertrand Morin, formateur spécialisé dans la parentalité, interviendra sur le rapport des ados avec les réseaux sociaux. Stéphane Vincent, directeur des Cemea de Seine-Maritime et de l'Eure, évoquera quant à lui, la réussite éducative". "Cette première rencontre s'adresse à tous les parents, pour les informer, les sensibiliser ou tout simplement répondre aux questions qu'ils peuvent se poser" conclut Elodie Roussel, informatrice de l'Espace Jeunesse. 1e rencontre annuelle Parents d'aujourd'hui – Mercredi 11 janvier 2017 à partir de 15 h – Espace Jeunesse – Rue des martyrs de la Résistance – Grand-Quevilly.

jeudi 5 janvier 2017

LE PETIT-QUEVILLY. La culture, un des éléments essentiels à la douceur de vivre sur la commune.



La nouvelle année démarre en musique.


L'année 2016 avait été riche en évènements musicaux et théâtraux sur le territoire de la commune. Alors, puisqu'il n'y a aucune raison de s'arrêter en si bon chemin, ce début d'année 2017 se présente sous les meilleurs hospices pour tous les amoureux de la culture, en particulier musicale. C'est ainsi qu'après le traditionnel concert  du nouvel an qui sera donné ce week-end, les rendez-vous se poursuivent à la Chapelle Saint-Julien avec la programmation de "Dear Criminals" par le Centre Dramatique National, les 17 et 18 janvier 2017 à 20 heures. L'univers électro-folk de ce groupe canadien est porté par les voix de Charles et de Frannie. Entrée 5 Euros, réservations au 02.35.03.29.78. En partenariat avec la bibliothèque François Truffaut, la sonothèque Normandie propose ensuite le groupe "AudioFILM, le samedi 4 février 2017 à 14 h 30. Ce duo, formé d'Emmanuel au chant et à la guitare et de Jacqueline au chant et au synthétiseur, emmènera le public dans un monde de musique techno personnelle et intimiste. Le classique enfin ne sera pas en reste puisque, pour la première fois, le cheour féminin "Fa Majeur" se produira à la Chapelle Saint-Julien le dimanche 5 février 2017 à 16 heures. Baptisé "Impressions Nocturnes", ce concert vocal réunira, entre autres, des œuvres de Schubert, Schuman, Offenbach ou encore Rachmaninov. Entrée libre.

LE PETIT-QUEVILLY. La municipalité poursuit son engagement en faveur de l'environnement.



Sensibiliser dès le plus jeune âge.


La ville de Petit-Quevilly n'a pas attendu la nouvelle année pour se pencher sur les bonnes résolutions à prendre. Depuis plusieurs années elle mène des réflexions et engage des processus visant non seulement à améliorer le quotidien de ses habitants mais également en vue de préserver leur environnement et ceci dans des domaines aussi divers que la consommation d'énergie dans les écoles, la fin de l'usage des produits phytosanitaires pour les espaces verts ou encore la favorisation de l'éco mobilité. Cela va même jusqu'à l'assiette des écoliers dans les restaurants scolaires. Sur la commune, 8 classes participent au programme pédagogique Watty, labélisé par le gouvernement. Les élèves des écoles Chevreul, Joliot-Curie, Méret et Wallon primaire (du CE1 au CM2) sont aussi sensibilisés tout au long de l'année aux économies d'énergie. Différents ateliers et des jeux pédagogiques sont animés par le Centre d'éducation à l'environnement  cardere. Cette action est initiée par la ville, en collaboration avec l'Education nationale. Dans les cantines où l'on renforce la consommation de produits locaux, une action de sensibilisation est également réalisée auprès des enfants de maternelle et de primaire pour mesurer l'importance des déchets alimentaires jetés à la poubelle et réagir face au gaspillage. L'objectif à court terme, c'est de réviser les grammages et mieux cibler le choix des plats tout en respectant une alimentation variée.

mardi 3 janvier 2017

GRAND-QUEVILLY. La municipalité respecte les engagements pris auprès des habitants tout en accélérant la réalisation de certains projets.




Pas d'augmentation des impôts depuis six ans.


Le projet de budget 2017, élaboré dans un contexte économique national et international incertain et discuté lors du dernier conseil municipal de l'année, laisse néanmoins entrevoir quelques belles perspectives pour la grande commune de la rive gauche. Son maire, Marc Massion constate que, "dans un contexte financier qui reste globalement contraint, l'équipe municipale respecte ses engagements pris devant les Quevillais, en accélérant même la réalisation de certains investissements". De fait, grâce à la vente du terrain des subsistances militaires sur lequel un projet commercial devrait voir le jour (notre édition du 14 décembre), l'opportunité est offerte à la municipalité d'engager des investissements planifiés jusqu'en 2017 mais dont les échéanciers de paiements seront ventilés sur les exercices 2017, 2018 et suivants. Il en va ainsi par exemple, de l'aménagement des voiries et du stationnement sur la dernière phase du programme Matisse (1 120 000 Euros) ou de l'aménagement de parkings au bas des immeubles Les Pics (320 000 Euros). D'autres réalisations vont voir le jour au cours des mois qui viennent. On relèvera, entre autres, les travaux de sécurisation et de qualification de l'espace public aux abords des écoles Moulin et Cavaillès (527 000 Euros), des travaux nécessaires dans toutes les écoles ainsi que l'acquisition de matériel (998 430 Euros) ou encore l'installation de vidéo projecteurs interactifs et le renouvellement intégral des salles informatiques des écoles élémentaires (367 490 Euros). Culture, développement durable, patrimoine et environnement complètent la liste de destination des crédits votés. Plus tard dans le temps, ce sont deux gros projets qui mobiliseront d'importantes lignes de financement. Le terrain de football synthétique du Chêne à Leu (1 500 000 Euros) et les travaux de mise en conformité su site (2 700 000 Euros), ainsi que le projet de construction sur le terrain dit du "Père Jules de 274 logements essentiellement individuels mêlant qualité environnementale et mixité sociale (2 342 636 Euros). Sans recourir à l'augmentation de la fiscalité, le budget 2017 présente un équilibre en dépenses et en recettes s'élevant à 35 650 913 Euros.

samedi 29 octobre 2016

ROUEN. Les bénévolats de solidarité et du souci de l'autre à travers le monde, thème de la conférence de l'association Dialogue Amical.



L'accompagnement humaniste.


Aujourd'hui, l'esprit des soins palliatifs a trouvé de très nombreuses applications. Ses valeurs dominantes sont l'attention à l'autre, à sa souffrance et à la personne dans toute sa dignité. Il repose sur une qualité relationnelle fondée sur le "souci de l'autre", c'est-à-dire l'éthique. Elle se traduit concrètement par la qualité de présence à l'autre, générant un sentiment de confiance et de respect des secrets de chacun, constitutif de la dignité humaine. "Nous allons tous vieillir. Et nous aurons tous besoin de la dimension sociale et altruiste de nos entourages afin de nous accompagner dans cette étape". Lucie Hacpille, cancérologue pneumologue, présidente de l'association Dialogue Amical résume ainsi ce pourquoi elle s'est engagée il y a de nombreuses années aux côtés de bénévoles désirant renforcer "le lien entre la ville et l'hôpital".  Dialogue Amical est née à la suite de l'ARSPA (Association pour l’Aide et la Recherche en Soins Palliatifs et Accompagnement). "Cette structure est une réponse aux demandes des malades, des familles et des soignants dans le but de développer l’accompagnement par des bénévoles, pendant les phases difficiles induites par la maladie" souligne le docteur Hacpille. Forte de sa trentaine d'adhérents, l'association développe des relations humaines dans toutes les saisons de la vie, y compris en fin de vie et s’inscrit donc dans les réflexions éthiques de notre société moderne. Chaque bénévole donne de son temps selon ses disponibilités et ses contraintes personnelles et professionnelles. En outre, Dialogue Amical est aujourd'hui engagée, via des conventions, avec le service des urgences adultes du professeur Luc-Marie Joly et la direction des droits des patients ainsi qu'avec le site d'Oissel. "Depuis 2012, nous travaillons sur un projet innovant visant à réduire les incivilités, les plaintes, les angoisses ou le stress qui peuvent survenir chez les patients et leur entourage dans le cas d'une hospitalisation impromptue". Mais savoir écouter voire comprendre ne s'improvise pas. C'est pourquoi l'un des principaux crédos de Dialogue Amical est axé sur la formation de ses bénévoles. "Nous organisons des formations pour nos bénévoles accompagnants, en formation initiale comme en formation continue, la plupart étant ouvertes au public. Nous proposons aussi aux associations ou entreprises qui interviennent dans le domaine de l’accompagnement des malades et de leurs familles, l’organisation de conférences et de formations pour répondre à leurs problématiques". Une fois par an, l'association invite une sommité médicale à venir débattre. C'est le professeur David Olivière, universitaire et conférencier, responsable pédagogique au Saint-Christopher's Hospice de Londres, parrain pédagogique de Dialogue Amical, qui viendra animer le rendez-vous de cette année, ouvert à tous, sur le thème "Les bénévolats de solidarité et du souci de l'autre à travers le monde". Jeudi 3 novembre 2016 – 19 h 30 – 22 h 00 – Halle aux toiles - Rouen.